Les technologies entrainent-elles une forme d'esclavage moderne?

Aujourd'hui, certaines technologies sont devenues presque indispensables à nos vies. On parle de technologie magique, merveilleuse; mais on oublie souvent de parler de la face plus sombre de ces innovations. Nous verrons, tout d'abord, les accidents causés par ces innovations en matière de technologie, puis les dépendances qu'elles peuvent engendrer. Nous nous intéresserons ensuite à la relation homme/machine et au mauvais côté de la performance.


Les accidents technologiques:

Les innovations technologiques ont été à l'origine de nombreuses dérives et débordements inattendus tout au long du siècle dernier. Certains ont été dévastateurs et ont engendré des horreurs telles que des accidents technologiques. En effet, on ne connait pas encore tous les risques environnementaux et sanitaires liés à l'utilisation de certaines technologies. Et, à ce stade, l'homme n'a aucune possibilité d'action. Il ne peut que rester pieds et poings liés face à une technologie dévastatrice. Cette folie des découvertes technologiques donne, bien entendu, une mauvaise image du progrès. Ces catastrophes sont toujours d'origine humaine. On en distingue plusieurs, à savoir:

- Les catastrophes industrielles, 3 décembre 1984: catastophe de Bhopal, en Inde, explosion d'une usine de pesticides,

- Les catastrophes nucléaires, 28 mars 1979: Three Mile Island, aux Etats-Unis, accident nucléaire survenu dans la centrale de l'île, dont, suite à plusieurs évènements accidentels, le réacteur a fondu; ce qui a entrainé le gel du programme nucléaire civil aux Etats-Unis,

26 Avril 1986: catastrophe de Tchernobyl, en Ukraine, fusion du coeur du réacteur de l'usine Lénine, qui a fait exploser la dalle de béton qui protégeait le réacteur; relachant de la radioactivité dans l'environnement et causant de nombreux décès; c'est le plus grave accident nucléaire répertorié jusqu'à présent,

- Les catastrophes lors de transports de personnes, l'utilisation de moyens de transport s'est développée et ceux-ci peuvent transporter de plus en plus de personnes, lorsqu'un accident ou un attentat survient, les conséquences humaines peuvent être dramatiques avec deenne au Koweït incendie les puits de pétrole et déverse le pétrole dans la mer; 11 septembre 2001: écrasement de quatre avions de lignes aux États-Unis, deux ont percutés les tours du World Trade Center de New York, faisant près de 3000 morts, un a percuté le Pentagone, Washington DC, et un dernier s'écrasa dans un champ de Pennsylvanie,

- Les catastrophes militaires, 1991: pendant la guerre du Golfe, l'armée irakienne au Koweït incendie les puits de pétrole et déverse le pétrole dans la mer,

Les guerres, avec l'utilisation d'armes de plus en plus perfectionnées et meurtrières, sont également considérées comme des catastrophes, de par le nombre de victimes, morts et blessés, qu'elles font,

- Les catastrophes écologiques, réchauffement climatique.

 

Les addictions:

L'addiction désigne l'asservissement d'un sujet à une substance ou une activité dont il a contracté l'habitude par un usage plus ou moins répété. Il en existe  de nombreuses, liées au développement de nouvelles technologies, et dont peuvent être victimes toutes les tranches d'âge. En effet, la technologie est omniprésente dans nos vies de tous les jours et de manière intensive: au domicile, sur le lieu de travail, dans la rue, partout autour de nous, et il nous est difficile d'y échapper, puisque de plus en plus discrète, elle devient presque invisible. La révolution numérique a, en effet, des conséquences importantes sur notre façon de communiquer, de travailler et de nous divertir. Nous allons présenter ici le cas de la cyberdépendance, une addiction comportementale qui touche de plus en plus les français. Ainsi, 600 000 à 800 000 personnes pourraient être touchés par cette addiction en France. La cyberdépendance est une nouvelle forme de toxicomanie, qui entraine des modifications dans le caractère et le comportement des personnes touchées telles que:

- Immaturité socio-affective
- Vide identificatoire
- Frustration et incapacité de surmonter celle-ci
- Anxiété
- Troubles du comportement et dépendance affective
- Sentiment de non-valeur et de non- reconnaissance, basse estime de soi
- Sentiment d’isolement et caractère solitaire 
- Vide émotionnel.

La relation homme/machine:

L'homme entretient avec la machine un rapport ambiguë au point de se confondre avec elle et de voir la technologie échapper à son contrôle. Cette relation forme même une abdication de son créateur. L'homme perd une partie de son humanité et devient lui-même un élément impersonnel de cette technologie, ces créations peuvent l'asservir jusqu'à ce qu'il perde la main. Mais le progrès matériel doit ne pas dériver vers l'esclavage de l'humanité à la technologie. Quelles sont ces limites? Car cette dissolution des frontières homme-machine pourrait en effet représenter une blessure narcissique. Quelques uns de ces utilisateurs déclarent même que les technologies ne leur inspirent pas confiance, de par son caractère mystérieux, magique et effrayant et qu'il faudrait un temps d'adaptation mutuel pour qu'ils retrouvent le sentiment de dominer la technologie. Ces craintes peuvent être liées aux atteintes de la vie privée avec l'exemple des puces électroniques insérées dans les étiquettes de vêtements qui communiqueraient avec les appareils électro ménagers, c'est la traçabilité, tout le monde nous regarde. Pire encore, vers 2030, puisque "le plan fonctionnement du cerveau humain sera connu", l'homme pourrra donc insérer des millions de puces dans une tête, améliorant du même coup les connexions entre les neurones et multipliant ainsi les possibilités et la vitesse de fonctionnement du cerveau. L'ère de l'intelligence artificielle sera lancée. Des machines pourront dès lors assister l'humain, qui fera appel à cette forme d'aide "non-biologique". Le robot aura "la vitesse, la mémoire et la flexibilité du cerveau humain". L'Homme ne pourrait plus être Homme mais Machine, les relations se chamboulent.

 

Le mauvais côté de la performance:

Depuis une vingtaine d'année, la technologie a connu un essor très important, ce qui a débouché sur une course effreinée à la performance de la part des scientifiques, des chercheurs et des inventeurs. En effet, il faut toujours faire mieux pour faire face à la concurrence. Cette course a notamment entrainé des "délires futuristes", des exagérations. Aujourd'hui, certains appareils sont surchargés de fonctions et leur utilisation en résulte complexe et difficile pour tous les utilisateurs, qui ne peuvent tout de même plus s'en passer. On peut parler, par exemple, de l-i-Phone d'Apple. N'oublions pas que la technologie a été créée dans le but de simplifier la vie de l'Homme. N'est-ce pas là une contradiction?

 

Aucune technologie n'est neutre et toute l'avancée technologique nous fait craindre le pire. Mais ces mutations façonnent une nouvelle société,  dans laquelle il faut toujours faire mieux. Entre fantasmes schizophréniques et interrogations légitimes, des questions se posent. Qui pourraient aujourd'hui se passer de ces nouveaux objets? Qui défendrait l'idée que "c'était mieux avant"? Cette angoissse face aux technologies ne traduit-elle pas plus simplement, dans nos sociétés vieillissantes, la peur de l'avenir?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site